• Accueil
  • > Recherche : final fantasy invocation

Résultats de votre recherche

Ifrit [Invocation récurrente dans Final Fantasy]

Posté par Anthony le 3 octobre 2010

 

Ifrit

 

Ifrit dans Final Fantasy VIII

 

Origine du nom

Ifrit vient de la mythologie arabe, où l’Ifrit (également appelé Efreet ou Afreet) est le nom donné à l’une des classes de Djinns (ou Génies en Occident), qui maîtrise et incarne le feu.

Bien qu’ils puissent vivre des milliers d’années, les Ifrits ne sont pas immortels.En cas de coupure, ils vont « saigner » du feu qui coule dans leurs veines jusqu’à ce que celui-ci consume leurs corps.

Les Ifrits sont décrits comme étant des créatures arrogantes et se croyant supérieures à tous les autres êtres du fait qu’ils aient été les premiers êtres au monde.

Ils détestent les humains et notamment le fait que ceux-ci tentent de trouver des moyens de maîtriser leurs pouvoirs.

L’Ifrit

Ifrit est une invocation de feu.Son attaque est simplement appelée HellFire (Feu de l’Enfer) en version anglaise, ou Inferno (Enfer), voire Flames of Hell (Flammes de l’Enfer).
En version française, cette attaque se fait appeler Divine Comédie, en référence directe à l’oeuvre de Dante Alighieri.

Final Fantasy III

Ifrit peut être invoqué par les Evokers et Summoners.On l’obtient avec Heatra, magie d’invocation de niveau 4.

Final fantasy IV/The After Years

Dans FF IV, Ifrit est obtenu automatiquement quand Rydia rejoint le groupe pour la 2e fois.

Dans The After Years, il est invoqué par une fille mystérieuse pendant le chapitre d’Edge, et apparaît alors comme un boss invincible.
Après le combat, il pourchasse Edge dans la Tour de Babil.Pour l’obtenir en tant qu’invocation, il faut éviter de le tuer.
Rydia pourra ensuite obtenir ses pouvoirs.Notons que la maîtrise d’Ifrit est requise pour espérer obtenir Ramuh.

Final fantasy V

Ifrit est une invocation de niveau 2 que l’on trouve à la Bibliothèque des Anciens, où il doit être affronté pour être contrôlé.
Si le joueur a trouvé Shiva avant d’y aller, un dialogue entre les 2 a lieu.

D’après un PNJ sur le toit de la bibliothèque, la mission d’Ifrit était de brûler les livres de la bibliothèque possédés par des monstres.

Final Fantasy VI

Ifrit est un Esper dont la puissance magique a été complètement drainée.
Kefka l’envoya, avec Shiva, dans le bâtiment de recherche Magitek.

Il attaque le groupe à son approche, mais s’arrête dès qu’il sent la puissance de Ramuh (ou plutôt, quand ses HP ou ceux de Shiva sont réduits).

Final Fantasy VII/Before Crisis/Crisis Core

La Matéria Ifrit est à récupérer sur le cargo de la ShinRa, après avoir vaincu Jénova Naissance.

Dans Before Crisis, il peut être invoqué avec la bonne Matéria.

Dans Crisis Core, il est un boss, invoqué par Genesis.Après la victoire, une nouvelle mission secondaire sera ajoutée, « Ifrit La Revanche ».En le battant une nouvelle fois, Ifrit sera contrôlé par Zack.

Final Fantasy VIII

Ifrit est la troisième G-Force à obtenir (les 2 premières étant Golgotha et Shiva, littéralement offertes au joueur au début du jeu).

Il est la cible de l’examen que Quistis fait passer à Squall.Il faut aller le trouver dans la caverne non loin de la BGU et le vaincre dans le temps imparti (qui est au choix du joueur).

Il est également assez unique, dans la mesure où, si le joueur invoque Shiva contre lui, il va exprimer de la surprise et parler en plein combat.

Il a évidemment sa carte dans le Triple Triad.

Final Fantasy IX

Ifrit est automatiquement récupéré au début du disque 3, alors que maître Totto rend à Grenat les pierres qui lui ont été retirées.

Grenat est la seule à pouvoir l’utiliser, et apprend à le maîtriser avec une Topaze.

Il est la 61e carte du Tetra Master, qui peut être récupérée à Tréno, dans la Salle des Cartes.

Final Fantasy X

Ifrit est obtenu au temple de Kilika.L’arme Champion du Monde de Wakka lui permet de briser la barre des 9999 points de dégâts.

Dans la version PAL et la version International (version japonaise avec les ajouts du PAL), il a sa version Purgatrice, comme les autres Chimères, qui apparaît (comme les autres) après l’évasion de Bevelle et la considération du groupe comme traîtres.

Dark Ifrit s’éveille quand le groupe tente de s’approcher trop près de ce qui fut le Refuge dans le désert de Bikanel.

Final Fantasy XI

Ifrit est l’un des 6 Avatars Célestes, représentant l’élément du Feu.
On le récupère avec la quête « Epreuve du Feu ».

Final Fantasy XII Revenant Wings

Ifrit est une invocation de feu de rang 3.
Le joueur doit le combattre en tant que boss au début de l’histoire, il garde le trésor des Ruines de Glabados.Le groupe le réaffronte quand les ruines sont accessibles via la carte du monde.

Final Fantasy XIII

Ifrit fait une apparition durant le spectacle à Nautilus.Il est l’invocation du L’Cie de Pulse et mène les forces d’invasion contre Cocoon.On le voit combattre Ramuh.

Final Fantasy XIV

Un énorme monstre de lave ressemblant à Ifrit apparaît dans le jeu.

Final Fantasy Tactics

Ifrit est l’une des invocations du jeu, faisant des dégâts de feu.

Dissidia Final Fantasy

Ifrit est une invocation du jeu, qui augmente la Bravoure du joueur de 50%.Il peut être invoqué automatiquement (artwork de FF VIII) ou manuellement (artwork de FF IV).

On le voit aussi apparaître dans bon nombre d’autres jeux Square, comme The World Ends With You.

Ifrit

Publié dans Encyclopedie du RPG | Pas de Commentaires »

Final Fantasy [Historique]

Posté par Anthony le 2 avril 2010


La création

Nous sommes en 1987.L’année précédente, en 1986, Enix lance sur Famicom (le nom japonais de la NES) le premier épisode de ce qui deviendra la saga de RPG la plus culte au Japon (à tel point que le gouvernement japonais a interdit la sortie des jeux en semaine pour éviter des taux d’absentéisme records dans le milieu scolaire).Il s’agit de Dragon Quest.Et c’est important pour la suite.

En effet, en 1987, donc, SquareSoft est dans le rouge, la faillite et la fermeture ne sont pas loin, les jeux de l’époque de la société (laquelle n’avait pas encore son logo si reconnaissable avec le triangle rouge) ne rencontraient pas un vif succès.
On confie alors à Hironobu Sakaguchi la lourde responsabilité de concevoir LE jeu qui, selon le cas, sauvera ou coulera définitivement SquareSoft.
Au vu du succès de Dragon Quest, il décide que ce sera un RPG.Le titre est choisi avant tout le reste, ce sera Final Fantasy, « l’Ultime Fantaisie », comme le symbole de la dernière chance de SquareSoft.Sakaguchi s’entoure d’une équipe, et notamment de l’artiste Yoshitaka Amano et du compositeur Nobuo Uematsu.Sakaguchi s’occupe du scénario, auquel Amano et Uematsu donnent vie avec les artworks et le style si particulier de l’artiste, et avec les musiques inspirées de celui qui sera reconnu dans le monde entier comme un très grand compositeur.

Final Fantasy sort le 18 décembre 1987 au Japon.
Les premiers chiffres ont dû débarrasser les patrons de SquareSoft d’alors de toute leur anxiété.En effet, le jeu fit un réel carton, sauvant SquareSoft.3 ans plus tard, le 12 juillet 1990, Final Fantasy arrive aux Etats-Unis.
Entretemps sont sortis au Japon Final Fantasy II et III.La série était lancée, devenant le fer de lance de SquareSoft et le symbole même de ce qui devint (et est encore aujourd’hui) la plus grosse spécialité du studio:le RPG.

Les créateurs

Hironobu Sakaguchi
Le créateur, producteur, et premier scénariste de la saga.Il sauva SquareSoft avec Final Fantasy avant de, ironie du sort, replacer la société dans la même situation après le flop (à mon sens mérité) de son Final Fantasy Les Créatures de l’Esprit, forçant SquareSoft à fusionner avec le rival de toujours, Enix, pour se sauver.
Depuis, Hironobu Sakaguchi a également quitté Square, fondant sa propre société, MistWalker, évidemment spécialisée dans le RPG, et déjà connue pour Lost Odyssey (XBox 360) et Blue Dragon (XBox 360) ainsi que sa suite Blue Dragon Plus (DS).
MistWalker est actuellement sur The Last Story (un titre qui rappelle étrangement Final Fantasy, faut-il tirer des conclusions sur la santé de MistWalker?), pour la Wii.

Yoshitaka Amano
Le designer phare de la saga, celui qui, par son style unique et onirique, donna une réelle profondeur à l’univers de chaque FF sorti, du moins jusqu’au 6, avant de revenir sur le 9.
En effet, sur les épisodes 7 et 8, ainsi que ceux à partir du 10, Amano est relégué au rang de dessinateur pour le logo de la jaquette, le design principal revenant depuis, dans la plupart des cas, à Tetsuya Nomura (sauf FF XII, où il s’agit de Akihiko Yoshida, l’équipe de Vagrant Story étant dessus, et ceux en réseau).

Nobuo Uematsu
Le mythique compositeur, qui travailla seul sur chaque épisode jusqu’à Final Fantasy X, où on lui confia une équipe.
Il retrouve le travail en solo pour les bandes sons de Final Fantasy XI et Final Fantasy XIV.

Il ne participa ni à FF XII, ni à FF XIII, pris sur les 2 épisodes susnommés MMO développés en parallèle.

Le trio restera emblématique de la saga, malgré le départ de Sakaguchi et l’implication moindre de Amano dans les projets de Square Enix.
A eux trois, ils ont régné sur le monde du RPG japonais jusqu’à Final Fantasy VI.Final Fantasy VII signant le début d’une ère nouvelle pour la saga, jusque dans les équipes responsables.

Les épisodes
Episodes principaux
Final Fantasy [NES/1987]
Final Fantasy
4 guerriers sont choisis pour porter 4 cristaux et vaincre le Mal.Le monde les appellera les Guerriers de la Lumière.

Synopsis hyper basique, mais entre l’époque et la machine, difficile de faire mieux.
Le jeu fut un succès sans nom, lançant la saga.Sakaguchi s’est inspiré de Dragon Quest, mais a amené ses propres idées pour la forme, comme les combats vus de côté et non en vue subjective.
Il fut localisé aux Etats-Unis en 1990.

Final Fantasy profita également de diverses rééditions, permettant à l’Europe de le découvrir enfin.
WonderSwan Color [2000/Japon uniquement]
PlayStation [2002/Japon - 2003/Etats-Unis/Compilation FF Origins avec FF II - 2003/Europe/Compilation FF Origins avec FF II]
Game Boy Advance [2004/Japon/Etats-Unis/Europe/Cartouche compilation Final Fantasy I & II Advance au Japon, Final Fantasy I & II Dawn Of Souls en Occident] > A noter qu’il s’agit, pour l’Europe, de la seule version avec traduction française (à moins que l’iPhone/iPod n’en bénéficie aussi)
Divers portages sur téléphones portables au fil des années [Japon uniquement]
WiiWare [2009/Japon/Etats-Unis/Europe]
iPhone/iPod Touch [2010/Japon/Etats-Unis/Europe]

Bref, beaucoup ^^

Final Fantasy II [NES/1988]
Final Fantasy II
L’Empereur de Palmécia a un but…La domination du monde entier.Et, pour cela, il utilise tous les moyens.Mais 4 jeunes personnes, Firion, Maria, Guy, et Léon, refusent sa tyrannie.
Poussés par la liberté et la vengeance pour leur patrie perdue et leurs familles massacrées, ils vont s’opposer à l’Empereur, guidant la Rébellion.

Tout comme The Legend Of Zelda II The Adventure Of Link, Final Fantasy II tranche radicalement avec son prédécesseur.
Si les combats restent radicalement identiques, le gameplay pour tout le reste change totalement.

En effet, vos stats évoluent en fonction de vos actions, et non simplement en battant des monstres.Plus vous utilisez vos attaques physiques et plus vous gagnerez en force.
Si vous préférez la magie, vous gagnerez en intelligence.

Le système a déstabilisé pas mal de joueurs, et c’est encore le cas aujourd’hui.
Tout comme le susnommé The Legend Of Zelda II dans la saga des Zelda, Final Fantasy II reste un épisode « à part » dans la saga Final Fantasy, avec un gameplay bien spécifique jamais réemployé par la suite, Sakaguchi et son équipe préférant revenir au gameplay du 1er épisode, l’affinant et l’enrichissant à mesure des épisodes.

On le retrouve, comme l’épisode 1, sur WonderSwan Color, Game Boy Advance (les 2 étant en fait sur la même cartouche), PS One (coffret FF Origins, un CD chacun) et PSP (de même, un UMD chacun, les 2 en vente séparée, et au prix fort à l’époque…Ca m’était un peu resté en travers de la gorge).

Final Fantasy III [NES/1990]
Final Fantasy III
4 adolescents retrouvent par hasard un antique cristal enfoui.Le cristal les investit d’une mission…Sauver le monde.

Final Fantasy III reste très classique dans son scénario, et introduit le système de jobs, juste survolé dans le premier FF.Si le premier épisode vous offre en effet de créer une équipe comme vous l’entendez pour ne plus en changer, celui-ci vous permet de changer à volonté les rôles de vos personnages.
Cet épisode ne sortit jamais du Japon avant son remake DS en 2006 (2007 en Europe).Il a également été réédité sur le WiiWare, uniquement au Japon.
Si vous tombez sur un FF III US sur Super NES, ne vous faites pas avoir, c’est en fait FF VI, hein ;) Plus de détails sur le sujet avec FF IV et FF VI, vous comprendrez.

Final Fantasy IV [Super NES/1991]
Final Fantasy IV
Oui, c’est marqué FF II, mais c’est bien FF IV, je vous explique après ^^

Cecil est un Chevalier Noir au service du roi de Baron.Mais il prend conscience de la cruauté de son souverain.
Lorsque Cecil émet des réserves devant le Roi, celui-ci l’envoie avec son ami Kain, Chevalier Dragon, à Myst, pour une ultime mission.Mais rien ne se passe comme prévu…

En passant à la Super NES, la saga passe également au stade supérieur côté scénario, multipliant les allusions à Star Wars, les thèmes forts, et les moments chocs (ceux qui connaissent ont forcément eu un pincement au coeur pour Palom et Porom…).
FF IV signe également l’arrivée de la jauge ATB (Active Time Battle) qui restera la marque de fabrique de chaque épisode de la saga principale (à l’exception de Final Fantasy X).

Le jeu est sorti aux Etats-Unis, mais s’y est vu renommé Final Fantasy II, étant alors le 2e à sortir là-bas.
Il a par la suite été réédité plusieurs fois (PS One, seul aux Etats-Unis, en coffret Anthology avec FF V en Europe, et Game Boy Advance, puis refait entièrement en 3D sur DS).

Suite au relatif succès de FF X-2 et à celui assez fort de la compilation FF VII, Final Fantasy IV a bénéficié d’une suite, sortie au Japon sur téléphones portables, puis rééditée sur WiiWare, après qu’elle ait exportée en Occident sur ce même WiiWare.
Il s’agit de Final Fantasy IV The After Years (ou Les Années Suivantes en France).

Final Fantasy V [Super NES/1992]
Final Fantasy V
Bartz est un voyageur qui parcourt le monde avec son Chocobo.Un jour, au détour d’une aventure, il fait la connaissance de Lenna et Galuf.C’est le point de départ d’une quête qui va changer la face du monde…

Final Fantasy V exploite à nouveau la mythologie des 4 Cristaux Elémentaires, et remet en place le système de jobs de FF III (FF IV les utilisait, mais ils étaient inamovibles, contrairement aux épisodes 3 et 5).
Au-delà de ça, le jeu ne prend pas de réels risques dans sa conception, restant dans le classique.L’épisode sera assez décrié, mais reste très plaisant à jouer.

On le retrouvera édité plusieurs fois, sur PS One (2 fois au Japon, seul puis dans la FF Collection avec FF IV et FF VI, aux Etats-Unis dans FF Anthology avec FF VI, et en Europe dans FF Anthology avec FF IV), puis sur Game Boy Advance.

Final Fantasy VI [Super NES/1994]
Final Fantasy VI
Il y a 1000 ans, la Guerre de la Magie effaça toute trace de magie sur la planète, reléguant les Espers, esprits de la Magie, au rang de simples légendes.Jusqu’à ce que, de nos jours, l’Empire retrouve une jeune fille, Terra, maîtrisant la Magie, ainsi qu’un Esper non loin de la ville de Narshe.
La Rébellion sait qu’il est temps d’agir pour renverser l’Empereur et son fidèle général, Kefka.Et cela passe par la récupération de Terra.
Une nouvelle guerre serait-elle sur le point d’éclater avec le retour de la Magie?

Rien de moins que l’apogée technique et scénaristique de Hironobu Sakaguchi, Yoshitaka Amano, et Nobuo Uematsu.
Une évocation forte et magnifique de la Seconde Guerre Mondiale, des personnages charismatiques et fouillés au service d’un scénario à la très forte portée, une durée de vie énorme, le méchant le plus classe de la saga, j’ai nommé Kefka, les thèmes des personnages inoubliables, en particulier celui de Shadow…

Vous l’aurez compris, cet épisode fut une date, en plus d’être le dernier où Sakaguchi, Amano, et Uematsu sont les maîtres d’oeuvre (avant que le trio ne se reforme une ultime fois sur Final Fantasy IX).

La Super NES a été poussée à fond dans ses derniers retranchements, et ça se sent.
Tout comme FF et FF IV, il a été exporté aux Etats-Unis.Et, comme FF IV a été renommé FF II là-bas, étant le 2e à y sortir, FF VI y fut renommé FF III, étant le 3e.

Final Fantasy a été réédité 4 fois sur PS One (2 fois au Japon, seul puis dans la FF Collection avec FF IV et FF V, puis dans FF Anthology aux Etats-Unis regroupant FF V et FF VI, et enfin, en Europe, seul, et avec une démo jouable de FF X), puis sur Game Boy Advance.

Final Fantasy VII [PlayStation/1997]
Final Fantasy VII
Dans un monde inconnu…La Shin Ra Corporation exploite l’énergie Mako de la planète, permettant à des millions de personnes de vivre.Mais cela condamne également la planète à plus ou moins long terme.
Barret Wallace et son groupe Avalanche s’opposent à la société, sabotant leurs installations.
Cloud Strife, un étrange et taciturne mercenaire, s’est joint à eux.Mais il semble qu’il cherche quelque chose de bien plus important encore…

Le premier épisode à débarquer officiellement en Europe, sur PS One et PC, en plus en français, et le jeu qui a fait découvrir le RPG japonais à pas mal de jeunes joueurs dits « génération PlayStation ».
Et également le jeu qui a débuté l’arrivée de la saga dans un nouvel univers.

Yoshitaka Amano cède sa place de designer principal à Tetsuya Nomura, et la saga part dans le mélange science fiction/cyberpunk.
Le scénario se pare d’une porté écologique comme on en a jamais vue, et le système de Matérias offre tellement de possibilités qu’on en fait jamais vraiment le tour.

Oui, Final Fantasy VII a fait date, un peu desservi en France par sa traduction parfois assez foireuse (Square Europe n’existait pas à l’époque, la branche a été créée après, pour FF VIII).
D’autant que c’était le premier en 3D.Les graphismes ont mal vieilli (et c’est bien tout ce qui a pris un sale coup), mais pour l’époque, c’était sublime.

A noter qu’il aurait dû exister aussi sur Nintendo 64.
Revenons d’abord au lancement de la PlayStation.

Après la Super NES, après avoir vu ce que l’on peut faire avec un support CD (grâce au Mega CD de SEGA, par exemple), Nintendo décide de se lancer sur ce support.La firme n’ayant encore guère d’expérience dans un tel niveau d’électronique, ils font appel au plus gros conglomérat électronique du Japon, Sony, pour concevoir la console.
Mais, au dernier moment, Nintendo se ravise, abandonne le support CD, et lance sa Nintendo 64 au support cartouche, créée en parallèle de la PlayStation (l’idée était sans doute, devant une certaine indécision, de choisir entre 2 produits finis).

Sony se retrouve avec une console finie, et décide de la lancer, après avoir signé quelques contrats avec des éditeurs (pour des exclusivités ou pas).

Ensuite, SquareSoft lance le développement de Final Fantasy VII.
Evidemment, l’idée du moment est de rester fidèle à Nintendo, après les 6 épisodes précédents, et FF VII est donc développé pour la Nintendo 64.
Mais devant les possibilités du support CD, SquareSoft brise l’exclusivité et se lance sur un multisupports Nintendo 64/PS One.
Le président de Nintendo de l’époque, mécontent de la décision, abandonne l’idée de Final Fantasy VII sur nintendo 64 et se lance dans des attaques envers SquareSoft, disant par exemple que « la clientèle Nintendo ne s’intéresserait pas à un tel jeu pour gamins », ce qui va lancer une longue brouille entre Square et Nintendo.

SquareSoft envoie son Final Fantasy VII sur PS One et PC, et restera fidèle à Sony pour la série principale, se réconciliant avec Nintendo à l’ère de la GameCube en lui offrant la saga Final Fantasy Crystal Chronicles.

L’idée d’un remake de FF VII est née après le remake de l’intro du jeu pour montrer les possibilités techniques de la PS3.
Et aujourd’hui, Square Enix envisage de plus en plus sérieusement ce remake.

Sans oublier toute la compilation autour de cet épisode (Dirge Of Cerberus, Advent Children, Crisis Core, Before Crisis, On The Way To A Smile, Last Order…).

Final Fantasy VIII [PlayStation/1999]
Final Fantasy VIII
L’université de Balamb forme des unités de mercenaires, les SEEDS.Squall Leonheart, 17 ans, est l’un d’eux.
Au cours de l’une de ses missions, il fait la connaissance de Linoa Heartilly et est embarqué dans un conflit qui dépasse le temps et l’espace…

L’épisode le plus décrié de la série.
Les personnages sont tous visibles à l’écran et à proportions réalistes, même hors combat.
Les magies se volent et se stockent.Elles se lient ensuite aux persos pour améliorer leurs statistiques, ce qui se fait en leur liant d’abord les Guardian Forces (ou simplement G Forces, le nom des Chimères de cet épisode).
L’histoire d’amour Squall/Linoa est particulièrement mise en avant.

Pour toutes ces raisons, pas mal ont cassé et le jeu et SquareSoft, sans aucune réelle raison, en en faisant un « jeu pour filles ».Et pourtant…
Final Fantasy VIII est sans doute le plus poussé des FF dans son scénario, ses personnages, et leurs relations.Jamais un FF n’avait offert autant de réalisme avec des personnages tellement fouillés et complexes.

Sans même parler de son scénario qui brasse les thèmes, les époques, les références, et offre de multiples zones d’ombre et de réflexion.
Assurément, pour qui veut prendre la peine de s’immerger dans l’ambiance et l’histoire, Final Fantasy VIII sera un très grand jeu.
Pour ceux qui ne voient que le premier degré d’un scénario et refusent les combats si particuliers, autant ne même pas s’y arrêter.

Final Fantasy IX [PlayStation/2000]
Final Fantasy IX
La princesse Grenat d’Alexandrie fête ses 16 ans.La troupe des Tantalas, menée par Bach et Djidance, va jouer un spectacle pour l’occasion.
La raison officieuse de leur présence n’étant autre que l’enlèvement de la princesse.Un enlèvement qui va lever le voile sur plusieurs secrets et lancer une quête pour arrêter l’avancée d’un tyran…

Final Fantasy IX signe un retour aux sources.
L’ambiance délaisse le cyberpunk des 2 épisodes précédents pour revenir à l’heroic fantasy.Le trio Hironobu Sakaguchi/Nobuo Uematsu/Yoshitaka Amano se reforme, Amano reprenant le chara design principal pour cet épisode.
On revient à 4 personnages jouables dans le groupe, comme aux débuts, au lieu de 3.Quant au système de compétences liées aux équipements, il vient un peu nous rappeler FF V.

Le tout se pare d’un scénario bien plus adulte et mature qu’il n’y paraît, une intense réflexion sur la vie, la mort, et la peur de la mort.
Final Fantasy IX fut sans nul doute l’ultime chef d’oeuvre de la PS One en matière de FF (la place étant détenue par un certain Vagrant Story pour le « tous RPG confondus »).

Hironobu Sakaguchi lui-même le valide ainsi, le désignant comme « l’épisode le plus proche de la vision qu’[il se] fait de ce que devrait être Final Fantasy »

Final Fantasy X [PlayStation 2/2002]
Final Fantasy X
Tidus est le joueur vedette des Zanarkand Abes et une star du Blitzball.Un jour, lors d’un match, Zanarkand est attaquée par un monstre, Sin.Auron, un ami du père de Tidus, Jecht, réussit à le sauver et tous deux finissent aspirés par Sin.Tidus se réveille dans un endroit inconnu, sur une plage fréquentée par une équipe de Blitzball, séparé de Auron.C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Wakka, puis par la suite de l’invocatrice Yuna et ses autres gardiens.
Yuna part pour un pèlerinage vers une cité appelée Zanarkand (tiens, bizarre, non?) afin de détruire Sin.Tidus l’accompagne alors en tant que gardien.Il trouvera dans ce voyage bien des vérités auxquelles il aurait sans doute préféré échapper…

Final Fantasy X offre un tournant dans la saga à plusieurs points de vue.
D’abord, il est le premier à arriver sur PS2.Ensuite, il signe le début de nouveaux arrivants à la création.
Si Sakaguchi est toujours là, ainsi que Nomura qui redevient chara designer principal après que Amano ait repris la place sur FF IX, on signe aussi l’arrivée de Yoshinari Kitase, qui restera lié à FF X, malgré son travail sur FF XIII.
C’est également à cet épisode que Nobuo Uematsu, pour la première fois, n’est pas seul à composer les musiques d’un Final Fantasy, partageant le travail avec 2 autres compositeurs.
Il sera de nouveau seul sur les 2 FF suivants sur lesquels il travaillera, à savoir les 2 épisodes MMORPG, Final Fantasy XI et Final Fantasy XIV.

Final Fantasy X sera également le premier épisode de la saga à bénéficier d’une suite directe, Final Fantasy X-2.

Si la base reste à peu près la même, FF X a tout de même quelques partis pris qui rendent le jeu plus facile, et surtout bien différent de ses aînés.
L’ATB, si caractéristique de la saga depuis FF III, disparaît, au profit d’un tour par tour plus classique, et dont vous connaissez l’ordre par un simple regard à droite de l’écran.
Les Limites, devenues Overdrives, peuvent être utilisées de différentes manières (la plus simple et rapide étant Combativité, une fois débloquée, la jauge augmentant à chaque coup porté), et leurs jauges conservées d’un combat à l’autre.Elles ne se vident qu’une fois l’Overdrive utilisé.
Les points de sauvegarde régénèrent points de vie et points de magie.Quant aux combats, avec le remplacement des personnages possible en plein affrontement, ils deviennent pour la plupart très faciles.

Par contre, dès qu’on sort du scénario, là…La chanson est différente, et on retrouve la difficulté qu’on connaissait.
Cela ne gâche en rien toute la qualité de Final Fantasy X, qui reste une valeur sûre de FF et du RPG.En revanche, tous ces points font aussi de FF X une belle initiation à la saga et au RPG pour les débutants.

Final Fantasy XII [PlayStation 2/2005]
Final Fantasy XII
En Ivalice.L’Empire d’Arcadia débute son expansion par la guerre et l’annexion des pays voisins.Le petit royaume de Dalmasca doit se soumettre à son tour.Le prince Rasler, nouvellement marié à la princesse Ashelia B’nargin Dalmasca et donc héritier du trône de Dalmasca, meurt, pendant que sa femme est portée disparue.
Reks, jeune soldat aux ordres du capitaine Basch Von Rosenburg, meurt également durant l’assaut.Quant au capitaine, il est officiellement mort également…

2 ans plus tard.Arcadia occupe militairement le territoire de Dalmasca.
Vaan, le frère de Reks, fait tout son possible pour ennuyer les soldats et dignitaires de l’Empire.C’est sa façon de se venger.
Sa dernière idée en date?S’introduire dans le château pour y perturber la réception qui arrive.Durant son infiltration, il fera la connaissance de Balthier et Fran, deux pirates du ciel, mais surtout d’une certaine Ashe, bien décidée à faire tomber l’Empire et rendre sa liberté à Dalmasca…

Un nom:Yasumi Matsuno.Et on comprend pourquoi ce Final Fantasy change tout ou presque par rapport à ses prédécesseurs.
Avec l’équipe de Final Fantasy Tactics et Vagrant Story aux commandes (Yasumi Matsuno, scéanrio et réalisation/Akihiko Yoshida, chara design/Hitoshi Sakimoto, musique), on pouvait s’attendre à du changement et c’est ce qu’on a eu.

Matsuno reste fidèle à ses deux lignes de conduite.
L’univers d’Ivalice est utilisé, comme dans chacun de ses jeux, et son scénario s’axe bien plus sur la géopolitique que précédemment.

Un épisode bien décrié et qui divise les joueurs, notamment avec un scénario pas réellement fini (en cause, le renvoi de Matsuno avant la fin du développement parce que les chefs de Square estimaient qu’il prenait trop de temps), des personnages en retrait par rapport au scénario, des références peu visibles aux autres jeux, et surtout un système de combat bâtard.
En effet, les combats restent de bons vieux tour par tour avec ATB, mais la possibilité de se déplacer en temps réel offre un camouflage (peu efficace) pour faire passer FF XII pour un Action-RPG.

Bref, FF XII a divisé.En ce qui me concerne, je fais partie de ceux qui l’apprécient.

Final Fantasy XIII [PlayStation 3/XBox 360/2010]
Final Fantasy XIII
Cocoon.Pulse.2 mondes opposés qui se craignent et se haïssent mutuellement, malgré le manque évident de connaissances mutuelles depuis la Guerre de Transgression.
Quand un Fal’Cie de Pulse est découvert sur Cocoon, le Sanctum, aux ordres d’Eden, le principal Fal’Cie de Cocoon, n’hésite pas à lancer la Purge de tous ceux qui auraient pu être en contact avec le Fal’Cie, ou en contact avec ceux qui l’ont été et sont devenus des l’Cie.
La population résiste.Et c’est dans ce contexte de crise sociale et de haine que vont s’unir et se lier 6 personnes, dont le destin bascule à cause du Fal’Cie de Pulse…

Final Fantasy XIII.
L’épisode le plus polémique, plus encore que FF XII.

L’arrivée de la saga sur PS3 et XBox 360 signe également des partis pris dérangeants pour beaucoup.
Au menu, un seul personnage contrôlable, et Game Over s’il meurt.Des couloirs pendant pas mal de temps.Un scénario qui ne décolle vraiment qu’après avoir fait une bonne partie du jeu.
Et pourtant, malgré tout ça, FF XIII séduit.Des personnages et des situations clins d’oeil (Vanille rappelle Rikku, Palumpolum est une référence évidente à FF IV et aux personnages Palom et Porom…).Des combats assez stratégiques et dynamiques une fois les Stratégies et Cristariums débloqués.Une difficulté revue à la hausse, à l’ancienne.

Final Fantasy XIII offre un bilan mitigé.
Et seuls les plus courageux prêts à se taper 10 chapitres/30 heures de jeu sans réel scénario derrière pourront en voir les meilleurs arguments.

Une chose est absolument certaine.
Final Fantasy XIII n’atteindra vraisemblablement jamais le niveau de reconnaissance et d’appréciation qui est lié à FF VI, FF VII, FF VIII, et FF IX.
Bilan mitigé pour un jeu sympathique, vitrine technique de ses supports, mais handicapé par pas mal de défauts, plus ou moins assumés.
Final Fantasy XV (FF XIV étant déjà lancé et MMO) offrira-t-il un équilibre entre l’histoire, la liberté, et le gameplay?Nous verrons.

Episodes MMORPG
Final Fantasy XI [PC/PS2/2002/XBox 360/2006]
Final Fantasy XI
Tout commença par une pierre,
Tel que nous le raconte la légende.

Dans les temps anciens,
Le joyaux précieux,
Enorme et magnifique,
Avait banni les ténèbres.

C’est une lumière, resplendissante de mille couleurs, qui remplit le monde de vie
Et apporta les puissants dieux.

Baigné dans cette lumière,
Le monde était entré dans un âge de bonheur,
Jusqu’au jour où les dieux tombèrent peu à peu dans le sommeil.
Ce monde était appelé Vana’diel.

A la 863ème année de l’ère du Cristal, Vana’diel était plongé au coeur d’une grande guerre. Confrontés à l’invasion du Seigneur des Ténèbres et à ses hordes de monstres, les leaders des peuples de la Lumière unirent leurs forces dans une alliance désespérée.

Il s’agissait du Royaume de San D’oria, de la République de Bastok, de la Fédération de Windurst et du Grand Duché de Jueno. Ensemble ils luttèrent pour survivre, bataille après bataille, jusqu’à ce que le chaos soit englouti à tout jamais.

Final Fantasy XI vous propose de vivre votre aventure à travers Vana’Diel.
A noter que, malgré l’annonce de FF XIV, FF XI reste exploité par Square Enix, qui a annoncé récemment 3 nouvelles extensions pour le jeu.

Final Fantasy XIV [PC/PS3/XBox 360?/2011?]
En développement.
On sait que l’on retourne à Vana’Diel, le monde de FF XI.

Les compilations et suites

Compilation Of Final Fantasy VII
Final Fantasy VII a connu un tel succès qu’une compilation enrichissant son univers est sortie, étalée sur plusieurs années et jeux.

On y trouve:
-Final Fantasy VII
-Final Fantasy VII Advent Children (film d’animation en images de synthèse se déroulant 2 ans après FF VII)
-Final Fantasy VII Last Order (OAV d’animation 2D n’existant pas en France, s’ouvrant sur la fuite de Cloud et Zack de Midgar)
-On The Way To A Smile (OAV concentré sur le personnage de Denzel, l’un des orphelins de FF VII Advent CHildren.Il existe en France, dans l’édition Complete de Advent Children en Blu Ray)
-Final Fantasy VII Before Crisis (Action-RPG se déroulant 6 ans avant FF VII, où l’on joue avec les Turks.Il n’existe qu’au Japon, sur téléphones portables)
-Final Fantasy VII Crisis Core (Action-RPG sur PSP, racontant l’histoire de Zack Fair, sa rencontre avec Aeris, avec Cloud…Le jeu se passe 7 ans avant FF VII)
-Final Fantasy VII Dirge Of Cerberus (jeu d’action où le joueur contrôle Vincent, 3 ans après FF VII, et lève le voile sur nombre de mystères entourant le personnage)

Fabula Nova Crystalis
La compilation autour de Final Fantasy XIII, lancée dès le début du projet.

On y trouve:
-Final Fantasy XIII
-Final Fantasy Versus XIII
-Final Fantasy Agito XIII

Versus et Agito restent encore bien mystérieux, la firme ayant préféré se concentrer, dans sa communication, sur Final Fantasy XIII jusqu’à sa sortie.
A noter qu’il pourrait exister un 4e jeu, Final Fantasy Haeresis XIII, dont Square Enix a déposé le nom, mais rien de plus n’existe encore à son sujet.

Final Fantasy IV Les Années Suivantes [Téléphones portables/WiiWare/2009]
Alors que l’on croyait la 2e Lune définitivement détruite par les efforts de Cecil, Rosa, et leurs amis, elle réapparaît 17 ans plus tard.
Le prince Céodore, leur fils, part alors comprendre les raisons de ce phénomène.Ses parents vont retrouver leurs amis qui ont combattu 17 ans plus tôt et tenter de comprendre également.

A l’origine uniquement destinée au Japon et aux téléphones portables, la suite de Final Fantasy IV a finalement débarqué dans le monde entier grâce au WiiWare.
Le principe reste le même sur les 2 supports.Une aventure découpée en plusieurs chapitres payants à télécharger.
Chaque chapitre se concentre sur un personnage.
Côté technique, le jeu a été développé comme l’a été à l’époque le 4 sur Super NES.On aime ou pas :D

Final Fantasy X-2 [PlayStation 2/2004]
Final Fantasy X-2
2 ans ont passé depuis la mort définitive de Sin et la disparition de Tidus.Yuna est encore sous le choc de la perte du garçon qu’elle aimait, jusqu’à ce qu’elle tombe sur une sphère montrant une vidéo où un garçon ressemblant étrangement à Tidus est enfermé dans une cage.
Yuna ne réfléchit pas une seconde et s’associe aux Al Bheds (plus particulièrement à sa cousine Rikku) ainsi qu’à la mystérieuse Paine, poussée par l’espoir de revoir Tidus et la volonté de connaître la vérité.

Final fantasy X-2, ou la première fois qu’un FF se voit offrir une suite directe.
En plus, une suite à Final fantasy X.Celui-ci n’avait nullement besoin de suite, mais le synopsis était alléchant.

Jusqu’à ce que le jeu sorte…
Parce que là, ce fut le drame.
L’ambiance si magnifique de FF X?A la trappe, on entre dans un déluge de couleurs, de J-Pop, de « Girl Power »…Bref, un cauchemar psychédélique sous acide.
Le scénario?Inexistant.Les personnages?Si Rikku reste fidèle à elle-même, un véritable électron libre, Yuna est devenue une cruche sans cervelle.

Reste le gameplay, qui réactualise et modernise le système de jobs, mais ça ne fait pas tout.
Bref, si le jeu fut un succès commercial sans doute grâce à son seul nom, il a vite eu une sale réputation par les joueurs, bien souvent méritée.
FF X-2 a au moins eu le mérite d’ouvrir la voie aux futures suites et compilations connues.

Les épisodes dérivés et autres exploitations

Non seulement, la saga a offert des suites et compilations à ses épisodes principaux, mais on peut aussi trouver d’autres exploitations du nom. Et ça a commencé tôt.

Les vieux routards dans mon genre doivent se souvenir de Mystic Quest Legend, sur Super NES.
Vous connaissez le titre US?Non?Je vous le donne en mille…Final Fantasy Mystic Quest.Les Japonais l’appelleront, eux, Final Fantasy USA Mystic Quest.
Quant au Mystic Quest de la Game Boy, les Américains le connaissent sous le titre Final Fantasy Adventure.Pour les Japonais, c’était Seiken Densetsu : Final Fantasy Gaiden (le beau mix entre 2 sagas de Square ^^ Sachant qu’il est un Seiken Densetsu, le premier épisode de la saga, et non un FF).

Bref, une bien belle utilisation commerciale du nom, difficile de considérer Mystic Quest comme du FF.Enfin, bref, il fallait le souligner quand même :D

Final Fantasy Tactics [PlayStation/1997]
Final Fantasy Tactics
En Ivalice.Deux familles, symbolisées par des lions (l’un blanc, l’autre noir), se déchirent dans un conflit qui prend des proportions énormes.
Vous êtes Ramza Beoulve, fils du grand stratège Balbanes, et jeune soldat engagé dans la guerre.
A vous de vous montrer digne du sens stratégique de votre père.

Final Fantasy Tactics est le jeu qui a permis aux Japonais et aux Américains de découvrir le talent de Yasumi Matsuno et la richesse du monde qu’il a créé, Ivalice.Les Européens, eux, ont dû attendre Vagrant Story.
Le titre s’offre également une incursion dans un sous genre de RPG plutôt discret, le Tactical-RPG.

Et il est particulièrement difficile et exigeant.
On retrouve tout de FF.Classes, Mogs, Chocobos, Invocations, armes…Matsuno se permet un clin d’oeil à FF VII en mettant Cloud en personnage jouable (à condition de le recruter dans une quête annexe).

Final Fantasy Tactics est ressorti sur PSP en 2007, et partout (Japon/Etats-Unis/Europe), sous le titre Final Fantasy Tactics The War Of The Lions.Parmi les bonus, on notera la présence d’un autre personnage bonus en plus de Cloud:Balthier, de FF XII (autre jeu signé Yasumi Matsuno).

Final Fantasy Tactics Advance/Final Fantasy Tactics Advance II Grimoire Of The Rift [Game Boy Advance/2003/DS/2007]
Final Fantasy Tactics Advance
March vit dans le village de St Ivalice avec ses amis, Mewt et Ritz.Un jour, tous trois trouvent un grimoire qui raconte apparemment une histoire de « Final Fantasy » (belle mise en abyme ^^).
Ivalice change alors d’aspect sous leurs yeux, devenant un monde où se côtoient plusieurs espèces.Les humains, évidemment, mais aussi les Mogs, les Viéras, les Vangaas…
Le groupe rencontre alors un Mog aventurier, Montblanc, avec qui ils se lient d’amitié.Ils vont alors créer leurs clans, et l’aventure débute.

Final Fantasy Tactics Advance II
On retourne en Ivalice avec 2 nouveaux héros, Luso et Adelle, et toujours les grimoires au centre de l’intrigue.

Les dérivés Game Boy Advance/DS de Final Fantasy Tactics n’ont pas un scénario aussi important que l’épisode original, et ne sont pas aussi difficiles, mais n’en restent pas moins un défi et des jeux très intéressants.
Surtout pour qui veut connaître Ivalice autant que possible.Ainsi, par exemple, on parle de Montblanc qui crée son clan dans le premier épisode.On le retrouve dans Final Fantasy XII comme chef fondateur du clan Centurio, un clan de chasse.

Final Fantasy Crystal Chronicles [Saga exclusive Nintendo/GameCube/Wii/DS]
Final Fantasy Crystal Chronicles
Au temps de l’âge d’or où les quatre peuples (Lilties, Yukes, Clavats, Selkies) étaient en paix, un météore s’écrasa sur la Terre, détruisant le grand cristal qui protège ce monde. Une substance inconnue s’installa dans le monde entier, faisant souffrir les populations : le Miasme. Les débris de celui-ci furent éparpillés au quatre coins de l’univers, les cités se développant autour. Dès lors, des caravanes sont envoyées pour raviver l’éclat du cristal qui ne dure qu’un an, grâce aux gouttes de Myrrhe recherchées dans les donjons.

La sortie de Final Fantasy Crystal Chronicles sur GameCube signe la réconciliation de Square et Nintendo, après la longue brouille initiée avec le développement de Final Fantasy VII (remonter à cet épisode pour plus de détails).
Malgré des défauts évidents et le fait que le jeu ne s’exploite pleinement qu’en multijoueurs, Crystal Chronicles rencontre un certain succès grâce à ses combats dynamiques (Action-RPG oblige) et son ambiance Final Fantasy bien exploitée.

Il a ainsi donné lieu à une saga, dont le premier épisode reste le seul sur GameCube, les autres étant sur Wii et DS.

On trouvera ainsi:
Ring Of Fates (DS)
Echoes Of Time (Wii/DS.Les 2 versions peuvent s’interconnecter, mais la version Wii n’est rien de plus qu’un portage de la rom DS, avec le graphisme qui va avec, ainsi que l’écran coupé en 2)
The Crystal Bearers (DS)
My Life As A King (épisode en téléchargement sur WiiWare)
My Life As A DarkLord (épisode en téléchargement sur WiiWare)

Dissidia Final Fantasy [PSP/2009]
Dissidia Final Fantasy
Cosmos et Chaos.Le Bien et le Mal.Un conflit séculier garant de l’équilibre du monde.Mais aujourd’hui, Chaos, aidé de 10 combattants, a pris l’avantage.Cosmos rassemble à son tour 10 combattants susceptibles de les vaincre.
Le combat pour l’équilibre du monde a débuté.

Dissidia Final Fantasy propose un crossover entre les 10 premiers épisodes de la saga, pour en fêter les 20 ans.
Et le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est réussi.

La base du RPG combiné à un jeu de baston en 3D très fluide et très intéressant, avec un scénario digne de la saga.
Dissidia demande un peu de temps avant d’être maîtrisé, mais une fois que c’est fait, c’est du plaisir à tous les niveaux.

Final Fantasy Legend Of The Crystals [Animation/1994]
Legend Of The Crystals
La série est une suite au jeu vidéo Final Fantasy V. Au moment où se déroule l’histoire, 200 ans ont passés depuis que Butz et ses compagnons ont sauvé les deux mondes de la menace de ExDeath. Malheureusement, ceux-ci sont à nouveau menacés par une force qui cherche à prendre possession des quatre célèbres cristaux représentant les quatre éléments fondamentaux, sans qui la vie ne serait plus possible : l’eau, la terre, le feu et le vent…
Linaly, une descendante de Butz, ainsi que son ami et protecteur Pritz partent alors pour le Temple du Vent où ils espèrent trouver la source de ce nouveau danger…

Legend Of The Crystals est une série d’animation 2D, composée de 4 OAV de 30 minutes chacun, chacun se concentrant sur l’un des 4 Cristaux Elémentaires.
Le tout forme, à la suite, un film de 2 heures apparemment assez sympathique, selon les critiques.

Final Fantasy Unlimited [Série d'animation/2001]
Coffret 1 Unlimited
Coffret 2 Unlimited
L’histoire commença lorsque deux créatures divines (Léviathan et Bahamut) menèrent un combat acharné juste au dessus de la ville de Tokyo. La forte intensité de leur lutte créa un pilier obscur sur Terre qui inspira un sentiment de peur et de confusion dans la population. Les scientifiques chargés d’étudier cette colonne, Joe et Marie Hayakawa, se mirent à faire des recherches sur ce phénomène.

Square misait beaucoup sur cette série et avait prévu 2 saisons, soit 51 épisodes (l’équivalent d’une saison, pour une série d’animation, étant 25-26 épisodes).
Au final, devant le succès totalement absent, la société a préféré arrêter les frais et stopper la série après la première partie et les 25 premiers épisodes.
Ces 25 épisodes sont disponibles en 2 coffrets DVD.

Final Fantasy Les Créatures de l’Esprit [Film d'animation/2001]
Final Fantasy Les Créatures de l'Esprit
En 2065, la plus grande confusion règne sur notre planète. Seuls les plus résistants des humains vivent encore dans un univers de désolation dominé par l’ennemi absolu : de mystérieux fantômes qui se nourrissent en extrayant l’énergie de toute forme de vie terrestre. Le futur de notre espèce repose sur le courage et la volonté de quelques-uns. Déjouant les complots, évitant les pièges, ils doivent reconquérir la Terre en usant de toutes les magies.
Deux clans s’opposent sur la manière la plus efficace d’éliminer les spectres : les premiers, commandés par un général belliqueux, souhaitent utiliser une arme de destruction totale ; les autres, conduits par le docteur Aki Ross, s’engagent dans une voie difficile : la reconstitution d’un rythme spirituel qui devrait chasser les fantômes et protéger les êtres vivants. L’aventure est risquée, mais ils n’ont plus rien à perdre.

le film qui a remis SquareSoft dans la même situation qu’en 1987.Ironique, n’est-ce pas?Un Final Fantasy les a sauvés, un Final Fantasy menace de les couler.
Le film est un tel flop que Square est en effet dans le rouge et se retrouve forcé à la fusion avec le rival de toujours, Enix.

Un flop mérité, l’esprit Final Fantasy n’étant là à aucun moment dans le film, sauf peut-être dans le prologue.Ensuite, ça vire à la série B d’action « gentils humains musclés contre aliens vilains pas beaux ».
Dommage pour Sakaguchi et pour Square, mais ce film est vraiment indigne de son titre.

Et demain?

Difficile de dire quel sera l’avenir de la saga.Pour l’instant, Square Enix prépare Final Fantasy Versus XIII et Final Fantasy Agito XIII pour terminer Fabula Nova Crystalis, ainsi que Final Fantasy XIV qui prendra sans doute, à long terme, la relève de Final Fantasy XI côté MMORPG. Après cela…Il y a déjà des idées pour Final Fantasy XV, mais si cet épisode continue sur la lancée initiée par Final Fantasy XIII et sa semi-déception, le retour de bâton risque d’être dur pour Square Enix.

On peut toutefois compter sur les développeurs pour prendre en compte les remarques négatives et les corriger.
L’avenir est-il radieux pour Square et Final Fantasy?Entre Final Fantasy XIII et le refus de la société de prendre trop de risques (ce qui explique le refus de Resonance Of Fate, le dernier RPG de Tri Ace, finalement édité par SEGA), pas vraiment.

Mais chaque FF étant différent et offrant une certaine remise en question, on peut toujours être surpris.
Square connaît la direction à ne pas emprunter.Vont-ils y prêter attention?Et, si oui, choisiront-ils une voie bien plus apte à séduire les joueurs?

On ne peut guère qu’attendre de voir…

Publié dans Dossiers et analyses | Pas de Commentaires »

L’esprit Final Fantasy

Posté par Anthony le 4 janvier 2010

On le sait, chaque épisode de Final Fantasy est différent du précédent.
Alors, qu’est-ce qui fait qu’un Final Fantasy est un Final Fantasy?Quels sont les codes qui définissent la série?En quoi les jeux ont-ils innové, pour certains?

Je vais vous apporter des éléments de réponse =)
En me concentrant sur la série principale.

Les combats vus de côté [Final Fantasy/1987]

Jaquette du jeu

Hironobu Sakaguchi a créé un RPG s’inspirant ouvertement de Dragon Quest, sorti un an plus tôt.L’idée était de sauver SquareSoft de la faillite.

Toutefois, il ne s’est pas contenté d’un vulgaire copier/coller.Si le scénario est plus que basique et les classes bien connues des amateurs de fantasy depuis longtemps, Sakaguchi innove dans la représentation des combats, abandonnant la première personne au profit d’une caméra placée sur le côté permettant de représenter à la fois les ennemis et le groupe des personnages jouables.

Les combats dans Final Fantasy

Evidemment, les différents remakes et rééditions ont amélioré les graphismes, mais le jeu reste identique sur tous les autres points.

Apparition des Chocobos [Final Fantasy II/1988]

Jaquette PSP du jeu

Un chocobo

C’est dans Final Fantasy II qu’apparaît l’une des 2 mascottes de Final Fantasy.Le Chocobo, qui est alors uniquement un moyen de transport permettant d’éviter les combats, fait son apparition.
Il sera de tous les jeux suivants, avec un rôle de plus en plus étoffé.

Apparition des Mogs et des Invocations [Final Fantasy III/1990]

Jaquette DS du jeu

Le personnage Mog dans Final Fantasy VI

Bahamut, invocation récurrente de Final Fantasy

Final Fantasy III amène 2 nouveautés majeures qui contribueront à définir l’identité générale de Final Fantasy par la suite.

D’abord, les Moogles.Qui seront rebaptisés Mogs à partir de Final Fantasy VI, suite à la confusion entre le personnage Mog et sa race de Moogle.Peut-on imaginer un Final Fantasy aujourd’hui sans ces petites boules de poils et leurs « kupo » (ou « coubo » dans Final Fantasy IX)?

Ensuite, les Invocations.Magies dévastatrices utilisant la puissance d’êtres surnaturels.

Dans les 2 cas, le rôle s’étoffera peu à peu, les Mogs ayant des fonctions de plus en plus importantes et/ou utiles.
Quant aux Invocations et Chimères, elles deviendront des éléments primordiaux du scénario de chaque épisode.

Apparition de la jauge ATB (Active Time Battle) [Final Fantasy IV/1991]

Jaquette DS du jeu

Si les 3 premiers épisodes utilisaient un tour par tour assez aléatoire, c’est avec cet épisode que l’ordre des tours devient un élément réellement stratégique et qu’on peut également le deviner.

En effet, la jauge ATB, qui se remplit au cours du temps et définit quand un personnage va attaquer (celle des ennemis est toutefois invisible) apparaît dans ce 4e Final Fantasy.Le système ne changera jamais, sauf dans certains épisodes spin off, et surtout dans Final Fantasy X, où le tour par tour redevient classique.

Un système de combat original et innovant:les Matérias [Final Fantasy VII/1997]

Jaquette du jeu

Cet épisode innove en remodelant son système de combat et d’upgrades.Il sera d’ailleurs le seul à l’exploiter.

Les armes et armures disposent d’orifices où l’on peut placer des Matérias, des sphères chargées d’énergie magique, ayant différents effets.C’est en les maîtrisant qu’on débloque les magies du jeu.

Aujourd’hui encore, il s’agit, selon beaucoup, du meilleur système imaginé par Square.

Les magies stockées [Final Fantasy 8/1999]

Jaquette du jeu

Voilà sans doute la plus grosse prise de risques de Square.

En voulant innover, les responsables du 8e épisode ont supprimé les MP.Pourquoi?Parce que la capacité Voler permet, ici, de voler et stocker les magies.Tous les personnages peuvent maîtriser toutes les magies, quel que soit leur niveau, tant qu’ils en ont en stock.

De plus, en associant les G Forces aux personnages, on peut ensuite associer les magies aux stats, les améliorant.Plus vous avez de stock de la magie concernée, et plus l’amélioration sera grande.

Un système risqué, qui a pas mal divisé les joueurs, comme le reste du jeu.

Nouveau système d’évolution [Final Fantasy X/2002]

Jaquette du jeu

Disparition de l’ATB pour un tour par tour plus classique dans Final Fantasy X.
En contrepartie, Square revient sur le système d’évolution classique et nous offre le Sphérier, permettant de faire évoluer ses personnages comme on l’entend, selon leur orientation ou non, en collectant des sphères pour en dévoiler les cases.

Le système fut tellement adulé et plébiscité qu’il fut repris (avec des variations tout de même) pour Final Fantasy XII et sa grille de permis, ainsi que pour Final Fantasy XIII, d’après ce qu’on en a vu.

Les Gambits [Final Fantasy XII/2007]

Jaquette du jeu

Si le système de combat principal de Final Fantasy XII se révèle bâtard à hésiter entre le tour par tour (retour de l’ATB) et le temps réel (déplacements en temps réel, ennemis visibles sur la carte, pas de transition entre exploration et combat), il introduit toutefois une excellente idée.

Vous ne contrôlez qu’un seul personnage à la fois et laissez les autres membres du groupe agir eux-mêmes grâce aux Gambits que vous leur avez assignés, qui sont tout simplement une série d’ordres selon la situation.
Bien qu’il soit possible de définir soi-même chacune des actions de chaque membre du groupe, à l’ancienne, les Gambits vous facilitent grandement la vie dans chaque situation.

Le système fait son retour dans Final Fantasy XIII (à la différence toutefois que, dans cet épisode, si le leader meurt, c’est la fin de la partie, contrairement à FF XII qui permet de le changer).

Les éléments récurrents:

Il existe aussi des éléments repris d’un épisode à l’autre.

Les armes/armures/objets, par exemple, ainsi que le bestiaire (noms et/ou apparences).
Mais surtout, il y a toujours un personnage Cid, et Biggs et Wedge sont dans presque tous les épisodes également.

Voilà donc pour le tour d’horizon de l’identité d’un Final Fantasy, ainsi que les prises de risques dans l’innovation prises par les équipes.

Publié dans Dossiers et analyses | Pas de Commentaires »

Bahamut [Invocation récurrente dans Final Fantasy]

Posté par Anthony le 18 décembre 2009

Bahamut

 

Bahamut dans Final Fantasy X

 

Bahamut, parfois appelé simplement Roi Dragon ou Roi des Dragons, est l’une des plus populaires invocations de Final Fantasy.Il apparaît également dans d’autres productions, à commencer par un autre célèbre RPG Square portant son nom, Bahamut Lagoon.

Il apparaît également comme ennemi dans le RPG de Square commandé par Nintendo, Super Mario RPG Legend Of The Seven Stars.

Son  attaque, Mega Flare, parfois appelée Sun Flare, est une attaque non élémentaire se moquant éperdument des valeurs de la défense et de l’esquive de l’ennemi la subissant.

On le considère souvent comme la plus forte des invocations et, bien souvent, le joueur, pour le contrôler, doit lui prouver sa valeur en l’affrontant ou en affrontant un autre boss.

Origine du nom:

Bahamut est à l’origine un élément de la mythologie arabe pré-islamique.

Sur le dos de Bahamut (dont on ne sait pas exactement ce qu’il est) se tient un taureau monstrueux avec 4000 yeux, oreilles, nez, bouches, langues, et pieds.

Ce taureau est appelé Kujata (ou Kuyutha).Chacun des 4000 corps est séparé par une distance couverte par un voyage de 5 siècles.

Kujata, sur son dos, porte une montagne de rubis, au sommet de laquelle se trouve un ange qui porte 6 Enfers, la Terre, et 7 Paradis sur ses épaules.On n’en sait pas beaucoup plus sur Bahamut, si ce n’est que les légendes mentionnent qu’il fait part à Allah lui-même.

Il est devenu le Roi des Dragons par la création de Donjons et Dragons, dans lequel les créateurs lui ont donné ce statut, le Roi des Dragons bienveillant Dragon de Platine, en opposition à Tiamat, la malveillante Chromatique Reine des Dragons à 5 têtes.

Final Fantasy
Bahamut apparaît dès le premier épisode de la saga.Bien qu’il ne soit pas invoquable (les invocations n’existant alors pas), il a un rôle important.C’est en effet lui qui permet au groupe de héros de faire passer leurs classes au rang supérieur.

Final Fantasy III
Les héros voyagent jusqu’à Canaan, où ils trouvent une jeune femme attendant le retour de celui qu’elle aime.Ils retrouveront le jeune homme au sommet du Pic du Dragon.Une fois le sommet atteint, le combat avec Bahamut débute (ce combat ne peut être gagné, le groupe doit fuir).
Plus tard dans le jeu, on peut visiter la Tanière de Bahamut pour le combattre.Une fois victorieux, les héros sont récompensés avec l’invocation de niveau 8 qu’est Bahamut.
C’est à la fois la première fois qu’il est invoquable, et la première fois qu’il est un boss.

Final Fantasy IV/Final Fantasy IV The After Years
Bahamut était le Roi des Chimères et vivait sur la Lune Rouge, dans la Tanière du Père, attendant l’arrivée de Rydia pour le combattre et gagner le droit de l’invoquer.
Rydia doit d’abord être en possession de Leviathan pour pouvoir affronter Bahamut.Il a 2 gardes qui prennent la forme d’enfants, et admet que Rydia fut la première personne à laquelle il se soumit.

Bahamut Lunaire défie Kain durant son épreuve dans les Ruines Lunaires dans la version Game Boy Advance de Final Fantasy IV.Quant à Dark Bahamut, c’est un boss optionnel dans le Souterrain Lunaire.

Dans The After Years, Maenad, l’ennemie du jeu, invoque Bahamut au début du jeu et dans le chapitre final pour affronter Cecil.Dans les 2 cas, il est sous le contrôle de Maenad, mais, dans le chapitre final, il se retourne contre sa maîtresse et rejoint les héros.

Final Fantasy V
Bahamut est relâché dans le Merged World, après que la Tablette ait été obtenue dans la Pyramide de Moore.Il s’installe alors sur la Montage du Nird, dans le Troisième Monde.

Le groupe doit escalader la montagne pour l’affronter au sommet.Après la victoire, il devient utilisable en tant qu’invocation.

C’est une invocation de niveau 5 qui frappe tous les ennemis d’une attaque non élémentaire.

Final Fantasy VI
Bahamut est un Esper, acquis après avoir vaincu Deathgaze sur le Falcon.Toutefois, si Deathgaze est tué par une attaque retardant son attaque finale d’un tour, alors, le groupe ne reçoit pas le Magicite de Bahamut.

On peut l’utiliser via la roulette de Setzer, en alignant 3 dragons.

Final Fantasy VII
La Matéria de Bahamut est trouvée dans le Temple des Anciens, après la victoire sur le Dragon Rouge.Bahamut et Neo Bahamut sont requis pour obtenir Bahamut ZERO.

Neo Bahamut est une autre version de Bahamut, que l’on trouve sur le sol du Cratère Nord, au premier voyage.

Enfin, Bahamut ZERO est à obtenir en touchant la Méga Matéria Bleue au planétarium du Cosmo Canyon, avec Bahamut et Neo Bahamut en possession du joueur.

Final Fantasy VIII
Bahamut est une Guardian Force (ou G-Force) que l’on acquiert après sa victoire contre lui dans le centre de recherches Deep Sea.La façon dont il y est arrivé est incertaine, mais il y fait une obscure référence aussitôt après le combat.

  • Squall: « The Great GF…Bahamut »
  • Bahamut: « GF? I… »
  • Bahamut: « Using my powers… it is you humans I fear »

En très gros, Bahamut craint les humains et ce qu’ils peuvent faire de ses pouvoirs.

On peut y lire qu’il a été créé ou capturé au centre de recherches et y a subi des expériences, ou tout simplement qu’il craint que ses pouvoirs ne tombent entre de mauvaises mains.

Il a droit à sa carte dans le Triple Triad.

Final Fantasy IX
Bahamut est l’une des Invokations de Final Fantasy IX.Il a un rôle majeur dans le scénario.

Il était l’une des Invokations de Grenat, avant d’être extrait avec les autres par Pile et Face pour le compte de la reine Branet.Celle-ci ne l’utilisa pas avant d’attaquer Kuja sur l’Ifa.Lequel réussit à hypnotiser Bahamut avec l’Invincible, le capturant et le retournant contre Branet et sa flotte.
Il l’utilise ensuite plus tard contre Alexandrie, mais Bahamut est repoussé par Alexandre, invoqué par Grenat et Eiko.

Après avoir récupéré l’Hildegarde III, Beate donne à Djidane un grenat, l’accessoire qui permet à Grenat de maîtriser Bahamut.

Il a sa carte dans le Tetra Master.

Final Fantasy X
Bahamut est l’une des Chimères du jeu et, encore une fois, il a un rôle majeur dans le scénario.
Il dort dans le temple de Bevelle, où l’invocateur peut l’obtenir durant son pèlerinage.

Il est la Chimère la plus puissante du jeu (hors Chimères secrètes), ses attaques pouvant dépasser les 9999 HP de dégâts dès le départ.

Il apparaît sous une forme humaine de Priant à Yuna et Tidus uniquement, les autres ne peuvent pas le voir.Il est le guide de Tidus dans Spira et c’est lui qui lui révèle qu’il n’est qu’un rêve de Priant et a été amené pour éliminer Sin.

On peut l’affronter 2 fois dans le jeu.Le Bahamut d’Isaarus, appelé Spathi, peut être affronté à la Via Purifico.Celui de Belgemine peut être affronté à volonté au temple de Remiem.

Dans les versions PAL et International du jeu, Bahamut Purgateur attend patiemment les fous désireux de l’affronter là où le groupe a vaincu Yunalesca, à Zanarkand.

Final Fantasy X-2
A cause du chagrin de Shuyin de sa haine envers Spira, Bahamut Purgateur revient à la vie et attaque les Albatros quand elles découvrent la chambre vide utilisée comme maison par Vegnagun.

Son apparition fait un choc à Yuna, alors qu’elle se trouve face à l’une des Chimères qui l’ont aidée à vaincre Sin.Elle tente même de parler à Bahamut avant de devoir se battre pour sa vie.

Mais il n’est pas encore détruit.Il réapparaît à l’Abysse Lointaine après que les Albatros aient vaincu Anima Purgatrice et dit à Yuna pourquoi lui et l’autre Priant ont fait ça.Ils n’étaient pas assez forts pour vaincre les ténèbres.

Après la défaite de Vegnagun et Shuyin, Bahamut apparaît devant Yuna.Il lui donne alors la possibilité de ressusciter Tidus.Si le joueur a rempli certaines tâches dans le jeu et répond Oui à cette question, Bahamut et les autres Priants exaucent le souhait de Yuna.

Final Fantasy XI
Bahamut est important dans le background de Final Fantasy XI (plus précisément la partie Chains Of Promathia), mais n’est pas une invocation pour les joueurs.

On le retrouve comme boss dans l’une des quêtes de l’histoire, et le nom Bahamut est également le nom donné à l’un des serveurs du jeu.

Final Fantasy XII
Bahamut est le nom donné à la fortersse volante où se déroule le combat final.
Le boss final déploie toutefois une forme similaire à celle de Bahamut et utilise ses attaques.

Final Fantasy XII Revenant Wings
Le Juge des Ailes invoque Bahamut pour détruire une partie de la mer du ciel Muruc Cashuac.

Mais il est aussi, comme à son habitude, une invocation du joueur, obtenue après avoir vaincu le roi des dragons.

Final Fantasy XIII
Bahamut est l’invocation d’Oerba Yun Fang.Son mode Gestalt le met sous la forme d’un dragon volant, où il peut utiliser son célèbre Mega Flare.

Final Fantasy Tactics
Bahamut est une invocation, utilisable par la commande Invoquer du job Invocateur.

Source et autres apparitions:

Bahamut

Publié dans Encyclopedie du RPG | 1 Commentaire »

Shiva [Invocation récurrente dans Final Fantasy]

Posté par Anthony le 1 octobre 2009

 

Shiva

 

Shiva dans FF X

 

Origine du nom:
Shiva vient du dieu (ou de la déesse) hindou Shiva (aussi appelé Śiva).Shiva sauva le monde en buvant le poison, ce qui donna à son corps sa teinte bleue.

Shiva est un dieu de la dualité, ce qui en fait à la fois homme et femme (plus souvent représenté en tant qu’homme dans la mythologie hindoue), tout comme il est dieu de la vie et de la mort.

Dans les peintures, on prend souvent Shiva (à tort) pour une femme, à cause de ses longs cheveux et de son visage féminin.
Il est dit qu’il détruit périodiquement le monde pour le recréer.

Il est possible que le nom de Shiva soit aussi la simple transcription japonaise du terme « Shiver », ce qui lui donnerait sa nature de glace.

Une autre possibilité est un lien avec la déesse slave Živa, déesse de l’amour et de la fertilité.

http://finalfantasy.wikia.com/wiki/Shiva

Shiva est une invocation récurrente de Final Fantasy, toujours représentée sous la forme d’une femme à la peau bleue, liée à la glace.Son attaque est la Diamond Dust (poussière de diamant) ou, plus rare, la Gem Dust (poussière de gemme).

Avec Ifrit et Bahamut, elle fait partie des rares invocations à être régulières.

Côté histoire, elle n’a jamais rien eu de bien intéressant, étant uniquement désignée comme Reine des Glaces.Tout juste apprend-on dans Final Fantasy XII Revenant Wings qu’elle a un amant appelé Shivar, ainsi qu’un fille nommée Shivan.

Final Fantasy III
Premier Final Fantasy à utiliser les Invocations, il offre également la première apparition de Shiva.Elle peut être acquise en obtenant la magie d’invocation de niveau 2 appelée Icen.

Final Fantasy IV/Final Fantasy IV The After Years
Shiva apparaît dans le menu des invocations de Rydia après qu’elle rejoigne le groupe dans l’Underworld.Elle est également un boss dans l’épreuve de Rydia, aux Ruines Lunaires, dans le remake Game Boy Advance de FF IV.
Elle revient évidemment dans la suite, FF IV The After Years.

Final Fantasy V
Le job Summoner/Invoqueur peut l’utiliser.Shiva est dans une tour derrière le château de Waltz.C’est la première fois qu’elle apparaissait en tant que boss, et qu’il fallait la vaincre pour la posséder.
Elle est accompagnée de 3 soldats de glace qui doivent aussi être vaincus.

Final Fantasy VI
Elle est un Esper rencontré pour la première fois à l’usine Magitek de Vector.Après lui avoir drainé toute sa puissance, Kefka Palazzo la jeta, avec Ifrit, aux ordures.Quand le groupe leur tombe dessus, Ifrit attaque.
Shiva met fin au combat quand elle ressent le pouvoir de Ramuh dans le groupe.Elle est alors disponible en tant qu’Esper, tout comme Ifrit.

Final Fantasy VII
La Matéria permettant d’invoquer Shiva est un cadeau de Priscilla, au niveau le plus bas de Junon, après que le groupe ait vaincu le boss Bottomswell (le gros poisson volant).
Comme toute Matéria, elle peut être assignée à une arme ou une armure.N’importe qui peut l’utiliser.
C’est évidemment la première fois qu’elle bénéficiait d’une modélisation 3D.

Before Crisis Final Fantasy VII
Tout comme dans FF VII, Shiva peut être invoquée avec la Matéria correspondante.

Final Fantasy VIII
Shiva est, avec Quetzalcoatl, l’une des 2 premières Guardian Forces de FF VIII, disponibles en consultant l’ordinateur personnel de Squall dans la classe.
Si vous les oubliez, Quistis vous les amène avant que vous n’arriviez sur la carte du monde.
Elle a évidemment droit à sa carte dans le Triple Triad.

Final Fantasy IX
Shiva est l’une des Chimères de Grenat.Elle est maîtrisée grâce à l’accessoire Opale.
D’après les notes du Mur des Invokeurs, à Madahine Salee, les Invokeurs l’ont découverte enfant, et elle a adopté une forme adulte au fil des années, comme une simple humaine.
Comme dans FF VIII, elle a droit à sa carte dans le jeu de cartes de ce 9e épisode, le Tetra Master.

Final Fantasy X
Elle est acquise au temple de Macalania.
Quand Lulu a son arme ultime entière, le Chevalier Oignon, Shiva peut casser la limite de dégâts de 9999 HP.Son destin est celui d’une prêtresse de Macalania.
Dans les versions Internationale et PAL, on trouve sa version Purgatrice en tant que boss.

Final Fantasy XI
La classe Invocateur de FF XI peut maîtriser Shiva en terminant la quête « Epreuve de Glace ».
C’est également le nom de l’un des serveurs du jeu.

Final Fantasy XII/Final Fantasy XII Revenant Wings
Dans FF XII, Shiva est juste le nom d’un vaisseau.Mais le design de Mateus rappelle un peu Shiva.
Dans Revenant Wings, elle est une invocation d’eau de niveau 3.On y apprend également qu’elle a un amant, Shivar, et une fille, Shivan.

Final Fantasy XIII
Shiva revient dans FF XIII, en la personne de 2 soeurs, Styria et Nyx.Quand elles ne sont pas invoquées, elles deviennent la moto de Snow.

http://finalfantasy.wikia.com/wiki/Shiva_%28Summon%29

Publié dans Encyclopedie du RPG | Pas de Commentaires »

Du nouveau sur Fabula Nova Crystalis

Posté par Anthony le 23 septembre 2009

Motomu Toriyama et Tetsuya Nomura ont livré quelques infos dans une interview pour Famitsu sur les 3 épisodes de la compilation.

En vrac, ça donne ça:

Final Fantasy XIII
-La coupe de Serah est inspirée de celle d’une actrice (sans plus de précisions).
-Les colliers de Snow et Serah sont un cadeau mutuel pour leurs fiançailles.En bas du logo, la partie pointue reprend la forme du collier de Serah.
-Hope a été designé durant les auditions des acteurs de motion capture.
-Hope (encore) est le seul à avoir le droit d’appeler Lightnint Light (ou Light-San en version japonaise).Même les développeurs ne peuvent pas utiliser un diminutif.
-Dans la démo du TGS, les parties importantes de l’écran de menu sont dissimulées, car elles sont liées à des éléments du système de jeu encore secrets. La commande « Projeter » qui était présente en combat dans la démo d’avril a été enlevée de cette nouvelle démo dans un souci de simplicité. Les personnages le font désormais automatiquement.
-L’invocation de Sazh n’est finalement pas Ifrit, mais une nouvelle.Un homme en armure rouge, d’élément feu, et qui se transforme en voiture lors du mode Gestalt.
-Les cheveux de Sazh bougent au rythme et à la vitesse du vent (bref, en clair, le moteur physique est au top et les persos ne sont pas des poupées de cire).
-L’arme de Snow est la broderie de son manteau (heu, là, cherchez pas à comprendre ^^)

Final Fantasy Versus XIII
-Plus aucune info avant l’année prochaine, pas même au TGS.Nomura aimerait, mais l’équipe de développement lui demande d’attendre, la qualité actuelle ne leur plaisant pas assez pour le montrer.
-Nomura a lâché un message très énigmatique: »Quand ils sont sur une route, les monstres ont l’air petits comparés aux bâtiments autour d’eux. Mais quand ils sont sur une passerelle piétonne, ils ont l’air énormes. C’est la vie. ».Sans précision.

Final Fantasy Agito XIII
-On pourrait (conditionnel de rigueur) en savoir plus sur lui avant d’en savoir plus sur Versus.
-Le système de combat est encore plus orienté action que Crisis Core.
-Comme Versus, on ne le verra pas au TGS.Il faudra se consoler avec FF XIII et The 3rd Birthday (Parasite Eve 3).

Voilà pour les infos.A noter aussi que FF XIII et KH Birth By Sleep seront jouables au TGS, qui ouvre demain et se termine dimanche.

Source:

http://www.ffworld.com/?rub=news&page=voir&id=1532

Publié dans Les news du RPG | Pas de Commentaires »

Final Fantasy XIII et les TP

Posté par Anthony le 19 septembre 2009

On en sait plus sur le gameplay de FF XIII.

Mais je vais laisser parler les pros, là XD

Le magazine V Jump ne contenait pas que des infos sensibles au sujet de Final Fantasy XIII mais aussi quelques détails sur les fameux TP qui constitueront l’un des éléments essentiels du système de combat. J’ai cru comprendre que ce terme signifiait Tactical Points, mais j’ai un petit doute. Quoi qu’il en soit, ces points augmentent au fil des combats et franchissent plusieurs paliers indiqués par des niveaux sous la barre de PV du personnage. Une fois un certain niveau atteint, il est possible de faire appel à une invocation. Le magazine indique néanmoins que les TP auront une autre utilité en combat, sans entrer dans les détails malheureusement. Dans les vidéos depuis supprimées de la démo de la premiere party, on pouvait en effet distinguer plusieurs options dans le menu TP.

Une fois que l’invocation est lancée, un compte à rebours se déclenche, à l’issu duquel la créature s’en va. Ce décompte est indiqué en SP, à côté du nom de l’invocation, dans les barres en bas à droite de l’écran (ce qui voudrait dire que les invocations n’ont pas de PV, en tout cas pas visibles à l’écran, comme vous pouvez le noter sur cette image). Lorsque l’invocation entre en mode Gestalt (ou Driving en japonais), un autre décompte apparaît, en bas à gauche celui-ci. Chaque commande entrée par le joueur possède un coût qui est enlevé à cette valeur (regardez là). Bien sûr, une fois le nombre à 0, le mode se termine.

Source:

http://www.ffworld.com/?rub=news&page=voir&id=1529

Publié dans Les news du RPG | Pas de Commentaires »

Final Fantasy X

Posté par Anthony le 8 mai 2009

Tidus est le joueur vedette des Zanarkand Abes et une star du Blitzball.Un jour, lors d’un match, Zanarkand est attaquée par un monstre, Sin.Auron, un ami du père de Tidus, Jecht, réussit à le sauver et tous deux finissent aspirés par Sin.Tidus se réveille dans un endroit inconnu, sur une plage fréquentée par une équipe de Blitzball, séparé de Auron.C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Wakka, puis par la suite de l’invocatrice Yuna et ses autres gardiens.

Yuna part pour un pèlerinage vers une cité appelée Zanarkand (tiens, bizarre, non?) afin de détruire Sin.Tidus l’accompagne alors en tant que gardien.Il trouvera dans ce voyage bien des vérités auxquelles il aurait sans doute préféré échapper…

Tel est le point de départ de Final Fantasy X, premier épisode PS2 de la franchise.Evidemment, le premier point sur lequel on passe, ce sont les graphismes.Vous vous souvenez des graphismes de FF IX?Sublimes, juste gâchés par l’aliasing dans les séquences de jeu, mais bon, c’était de la PS One.Imaginez alors un FF où les images de synthèse seraient encore mieux faites, et où les séquences en jeu seraient privées de (presque) tout aliasing, bien mieux géré.Voilà ce que propose FF X.Pour un temps, le plus beau jeu que la PS2 eut à offrir.

FF X en jeu

La magnificence des images de synthèse dans ce nouvel épisode

Evidemment, on vous offre un tutoriel dès le départ, mené par Auron, durant l’attaque sur Zanarkand.Et on commence par le système de combat.En images, ça donne ça.

Combat dans FF X

Un tour par tour classique, mais encore plus classique que les autres FF.Hé oui, vous avez bien vu, pas d’ATB.Fini le dynamisme, place à la réflexion.La barre à droite de l’écran avec les portraits vous indique l’ordre des tours, et elle se met à jour en temps réel selon l’état des combattants en lice.Donc, aucune inquiétude à avoir quant aux bonnes vieilles questions « L’ennemi attaque quand?Est-ce que je devrais me soigner tout de suite ou attendre un peu? » étant donné qu’il n’y a plus de mauvaises surprises de ce côté-là.

Avantage quand même pour ceux qui mettaient les précédents FF en mode Attente, puisque vous avez tout le temps de choisir précisément vos actions.Ensuite, le menu de combat lui-même.Rien de bien folichon, un bon vieux menu classique:Attaque/Défendre/Magie/Objets/Fuite.Et on rajoute les Chimères pour Yuna.

Parlons-en, d’ailleurs, des Chimères.On tranche radicalement avec les invocations des autres FF.En effet, quand vous invoquez une Chimère, elle prend cette fois la place du groupe de combat et c’estVOUS, le joueur, qui la contrôlez.Une idée appréciable, qui renforce le contrôle du joueur sur les combats.Evidemment, à part ça, rien ne change vraiment dans le combat lui-même.Et bien sûr, vous avez la possibilité, via le menu Chimères, de les faire évoluer comme vos persos.
Venons-en à présent à la barre jaune/orangée présente sous les statuts des persos.C’est la jauge d’Overdrive (le nom des Limites dans cet épisode).Dès qu’elle est pleine, vous pouvez utiliser quand vous le désirez l’un des Overdrives du personnage concerné (il y en a plusieurs à apprendre pour chacun).Il existe également différentes façons de remplir la jauge, à vous de les trouver (entre autres, vous pouvez la remplir en frappant l’ennemi, en vous faisant frapper, quand un allié se fait frapper…C’est au choix du joueur).

Enfin, l’XP gagnée lors des combats diot être dépensée par le joueur sur le Sphérier.Vous gagnez en effet des niveaux de sphérier à mesure que vous en accumulez, et non de véritables niveaux pour vos persos.

Ecran de fin de combat

Le niveau vous indique combien de cases vous pouvez activer sur le sphérier.Un niv 1 vous permettra d’activer une seule case adjacente à une case déjà activée.Vous trouvez toutes les cases nécessaires aux personnages (augmenter HP, MP, défense, attaque, apprendre une magie, etc…).Attention, toutefois, les niveaux seuls ne suffisent pas, il vous aussi des sphères correspondant à la case pour l’activer (par exemple, pour augmenter vos HP, il vous faudra une sphère de type physique) et certaines sont extrêmement rares.

Il existe également 2 types de sphérier, vous définissez le vôtre en début de partie.Par défaut, le plus simple est choisi.Chaque personnage suit une voie qui le spécialise dans ses caractéristiques « logiques » (Yuna et Lulu, par exemple, ont un chemin où la magie et la défense sont privilégiées).A contrario, dans le sphérier Expert, tous partent du même endroit et c’est au joueur de voir comment il va les faire évoluer.

Voilà pour le système d’évolution, bien original et d’un nouveau genre.Une fois tout ceci maîtrisé, on peut se lancer dans l’aventure à proprement parler.Et c’est parti pour une histoire mêlant amour, amitié, complots, Eglise, sport…

Oui, sport ^^ Le Blitzball constituant l’une des nombreuses quêtes annexes.Et l’une des plus difficiles, aussi…D’ailleurs, si vous cherchez de la difficulté dans ce FF X, c’est vers les quêtes annexes que vous devrez vous tourner, la quête principale étant d’une facilité confondante qui tranche radicalement avec les anciens FF (impression renforcée par le fait que les points de sauvegarde vous régénèrent, désormais).

Les quêtes annexes rapportent toujours des objets intéressants.A faire si on veut tout.Et plus encore si on veut le 100%.D’autant qu’elles rallongent considérablement la durée de vie.Et FF X en a bien besoin, entre sa facilité et sa linéarité.Hé oui, FF X est cosidérablement linéaire.Pas de carte du monde, puisqu’on visite chaque zone une par une.Le seul problème, c’est qu’on reste sur des rails, comme le montre la mini carte à l’écran.

L’ambiance aide toutefois à faire passer ce menu défaut. A part ça, on a les magnifiques compositions de Nobuo Uematsu (enfin, sur ce coup, il est plus tout seul, et il ne le sera désormais plus), et Suteki Da Ne à la fin.Et bien sûr, To Zanarkand, qui reste sublime.

Au final, FF X est un FF dans la grande tradition, épique et rempli de grands moments.

Graphismes 3/5

Sublimes, tout en étant pas encore ce qu’il y a de mieux sur la machine.

Scénario 4/5

Des éléments classiques, une critique de l’Eglise, la force des liens…Du tout bon ^^

Gameplay 4/5

Un système de combat en béton armé, associé à de très bonnes animations.

Durée de vie 4/5

Si l’histoire est vite achevée, la profusion de quêtes annexes vous amène vite à 100 heures de jeu.

Intérêt final 17/20

Du bon RPG, une valeur sûre, comme toute la série.

 

Publié dans Tests | 5 Commentaires »

Tetsuya Nomura

Posté par Anthony le 1 mars 2009

Il a débuté sur FF VI, il est responsable du chara design sur FF VII, VIII et X, ainsi que sur Fabula Nova Crystalis, il a ses propres séries que sont Kingdom Hearts et Final Fantasy Dissidia.Bref, Tetsuya Nomura est devenu un homme de confiance chez Square Enix, et il a gagné sa place dans la catégorie des grands noms du RPG.

Tetsuya Nomura est né le 8 octobre 1970 à Osaka, au Japon. Il est connu pour être le character designer des Final Fantasy VII, VIII, X, et XIII (fabula nova cristallis), et le game director de la série des Kingdom Hearts.

Il fit ses études dans une école artistique de publicité. En 1992, il fut embauché chez Square où il participa à l’aspect graphique des combats de Final Fantasy V. Puis, il prit rapidement de l’importance dans la société puisqu’il fut nommé Directeur Graphique sur Final Fantasy VI en 1994.

Après avoir travaillé pendant deux ans sur un projet qui ne verra jamais le jour, Square lui propose en 1997 le poste de chara designer de Final Fantasy VII. Offre qu’il a bien fait de ne pas négliger. Final Fantasy VII, le premier épisode de la saga Final Fantasy à sortir en Europe, connaît un énorme succès mondial grâce à ses graphismes, ses musiques, ses personnages et son scénario. Tetsuya Nomura travaille ensuite sur de nouveaux projets tels que Brave Fencer Musashiden et Parasite Eve en 1998. Après le succès rencontré par Final Fantasy VII, il était tout naturel que Square lui propose le poste de character designer pour Final Fantasy VIII. Pour cet opus, il cumula à son poste de character designer celui de battle visual director, c’est-à-dire qu’il s’occupa de l’aspect graphique des combats en imaginant les attaques spéciales, invocations… C’est également à lui que l’on doit la scène d’introduction. Il a également influencé sur bien d’autres choses comme le scénario de Final Fantasy VII ; c’est singulièrement grâce à lui que le personnage d’Aeris meurt, et que le rôle de Tifa s’est vu nettement étoffé dans le jeu.

Nomura travailla ensuite sur d’autres jeux comme Ehrgeiz, le jeu de combat proposant des personnages de Final Fantasy VII (Cloud, Sephiroth et Tifa), Parasite Eve II et The Bouncer, le premier jeu Square sur PlayStation 2. Avec tout ce travail, il ne prit pas part à la création de Final Fantasy IX qui revint à Yoshitaka Amano. Toutefois, il revint sur Final Fantasy X avec un style bien plus évolué.

Après toutes ces suites et adaptation diverses et variées, il se plongea dans un nouveau projet mêlant Square et Disney : Kingdom Hearts. Il redessina pour l’occasion quelque-uns de ses anciens personnages (Selphie, Cloud…) et en inventa de nouveaux. Après Kingdom Hearts, Tetsuya Nomura travailla sur Final Fantasy X-2, la suite de Final Fantasy X. Il travailla ensuite sur la suite de Kingdom Hearts, Kingdom Hearts II, qui se vendra à 3 920 000 exemplaires dans le monde (un chiffre record). Il prépare un projet, trois Kingdom hearts différents sur PSP, Nintendo DS et téléphone mobile, parallèlement à la réalisation de Final Fantasy XIII et Final Fantasy Versus XIII (qu’il annonce comme étant ses derniers Final Fantasy).

En 2005, il a travaillé comme character designer sur le jeu Playstation 2 Musashi : Samurai Legend. Il a également réalisé un film en images de synthèse (avec l’équipe ayant réalisé Kingdom Hearts), Final Fantasy VII Advent Children, reprenant le scénario du jeu Final Fantasy VII. Ce film a reçu le prix du meilleur film d’animation lors du American Anime Awards pendant la cérémonie du 24 Février 2007 à New York.

S’il a bien un projet auquel Nomura a livré tous son être, c’est bien Kingdom Hearts où il assure d’ailleurs le poste de director et character designer. Cette série est d’une importance cruciale pour le futur de la firme Square Enix, puisqu’elle représente l’alliance entre Square et Disney. Il se paye même le luxe de re-dessiner les personnages les plus importants de Disney comme Goofy (Dingo en France), Donald ou Mickey, ainsi que les siens, Cloud, Sephiroth, Tidus, et Wakka, entre autres. La série rencontre un important succès.

Aujourd’hui, Tetsuya Nomura est un artiste reconnu. Adulé principalement pour ses créations dans les différents Final Fantasy auxquels il a pu participer, Nomura est sans doute le character designer le plus populaire dujeu vidéo (malgré son jeune âge, 38 ans). Il participe actuellement au design des personnages de Final Fantasy XIII-Fabula Nova Crystalis, un projet de 4 Final Fantasy XIII (prévus sur PlayStaion 3, XBox 360 et PlayStation Portable).

Source et ludographie:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tetsuya_Nomura

Tetsuya Nomura

 

Publié dans Grands Noms du RPG | 2 Commentaires »

La mort dans le RPG

Posté par Anthony le 8 décembre 2008

Memento Mori…Souviens-toi que tu vas mourir.La mort est une issue à laquelle tout le monde s’attend, mais que personne n’accepte.Mais comment est-elle perçue par les développeurs dans le milieu du RPG?

Dans un Final Fantasy, la mort en combat est plutôt un coma dont on se sort en utilisant une Queue de Phénix.La symbolique est évidente.Le Phénix est l’Oiseau de Feu dont la légende dit qu’il vit plusieurs siècles avant de mourir et de se consumer pour renaître de ses cendres, plus beau et plus fort.

La mort hors combat, quant à elle, est plutôt une façon de faire évoluer les autres personnages de l’équipe.Prenons un cas simple, FF VII.La mort d’Aeris, tuée par Sephiroth, touche durement Cloud, lequel commence à se rendre compte de l’importance de dire ses sentiments tant que la personne concernée peut l’entendre…Lamort est alors vécue comme une séparation, même si, d’une certaine façon, Aeris est toujours avec eux dans la Rivière de la Vie.

Dans FF IX, elle fait peur, tout simplement.Bibi est le personnage le plus humain et réaliste du jeu.Il se découvre une conscience, une humanité…Et la peur de la mort qui en découle.FF IX est une allégorie de la condition humaine, jusque dans le boss final, Nécron (nécro > la mort) ou Darkness selon les versions (darkness > Ténèbres).

Nécron est clairement la représentation de la mort elle-même, de par son nom et ses idées, où il dit clairement qu’il existera tant que la vie existera aussi.Et là où il y a la vie…Il y a forcément la mort.Ce combat est d’ailleurs hautement symbolique.

Attention, je vous spoile la fin de FF IX ^^ La fusion entre Héra et Terra ne peut pas être évitée.La mort est inévitable.Il ne reste alors qu’un seul combat à mener par le groupe, le plus beau et le plus symbolique de tous…Affronter la peur de la mort, personnifiée par Nécron.C’est là le but de cet ultime combat…La mort, dans FF IX, est tout simplement représentée de la façon dont elle est vue.L’inconnu, la peur, et une lutte permanente contre cette peur et le rejet qu’elle inspire.

Toutefois, certains la voient comme une renaissance.Dans Shin Megami Tensei Persona 3, par exemple, l’invocation du Persona passe par le suicide en se tirant une balle dans le crâne.Le Persona est désigné comme un alter ego, un second soi-même, qui naît quand le premier meurt.La renaissance par la mort.La mort n’est ni un début ni une fin, c’est une étape de la vie, comme le disent beaucoup de philosophies orientales.

Sans oublier Vagrant Story, qui prpose une mort en plusieurs étapes et parfois incomplètes, séparant la mort physique (celle du corps) de la mort spirituelle (celle de l’âme).
Selon les sensibilités et les cultures, la mort est donc une inconnue qui fait peur, comme tout ce qui est inconnu, ou simplement une étape dans la vie, que ce soit la vie de celui qui meurt ou la vie de ceux qui l’entourent…

Publié dans Dossiers et analyses | Pas de Commentaires »

 

Night Wolf |
teamdejantes |
naruto and co |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | martysairlines
| KAMEHAMEHA
| astuce jeux pokémon