Alpha Protocol

Posté par Anthony le 22 septembre 2010

Voilà un RPG occidental que l’on attendait beaucoup.

Pensez donc, un RPG d’espionnage, et la première licence originale d’Obsidian, qui n’avait alors travaillé que sur des suites et spin off d’autres franchises (et qui continue, le studio étant en ce moment sur FallOut New Vegas, directement dérivé de FallOut 3).
Alors, après les multiples reports (il est passé de mi 2008 à février 2009, puis octobre 2009, et enfin 28 mai 2010 pour la date définitive), rumeurs d’annulations, et taillage de costard en règle par les développeurs eux-mêmes à la sortie, qu’est-ce qu’il vaut, ce Alpha Protocol?

Un avion de tourisme est abattu en plein vol par un missile sol-air.Après enquête et revendication de l’attentat, il est clair que le missile a été lancé par le groupe terroriste Al-Samad, mené par le sheikh Ali Shaheed, et que les missiles ont été volés à Halbech, une société américaine qui travaille avec le gouvernement.
Michael Thornton, ancien agent de la CIA qui vient d’intégrer une agence encore plus secrète, le programme Alpha Protocol, est mis sur l’affaire.
Bien vite, il constate que cet attentat cache quelque chose de bien plus énorme…

Et voilà le point de départ de Alpha Protocol, un RPG occidental qui s’intéresse au milieu de l’espionnage.

Alors, ça donne quoi, ce jeu tant attendu?

Voyons d’abord l’aspect graphique.

Autant le dire, ce n’est pas vraiment au niveau des 3 supports concernés (PS3, PC et XBox 360).Certes, ce n’est pas moche, pas désagréable, mais le moteur graphique a subi les multiples reports de plein fouet.S’il était encore valable en 2007 (début du développement) pour une sortie prévue en 2008, il a pris un sale coup de vieux 2 ans plus tard, lors de la sortie enfin définitive.

Constatez par vous-mêmes.

Des personnages moyennement modélisés

Alpha Protocol

Vous pouvez constater que les personnages sont assez moyennement modélisés.Les décors s’en sortent dans l’ensemble, mais ce n’est pas toujours le cas.

L’animation, quant à elle, est assez honorable sans casser des briques, rappelant assez Syphon Filter.Quant aux expressions faciales des personnages, c’est pas trop mal non plus.
Bref, l’enrobage graphique de Alpha Protocol ne fait pas vraiment honneur à ses supports.Mais bon, nous ne sommes pas encore revenus à la PS One ou moins, et c’est loin d’être vraiment moche.

Et, de la même façon qu’on ne juge pas un livre à sa couverture ou une personne à son apparence, on ne juge pas un jeu (et un RPG encore moins) à ses seuls graphismes.
Donc, on fait abstraction et on continue, en se disant que le fond peut remonter le niveau et être digne d’intérêt.
Disons-le tout de suite.Si White Knight Chronicles n’a pas vraiment d’intérêt dans le fond qui aurait pu faire oublier la forme, Alpha Protocol réussit à offrir un fond vraiment correct et prenant, prompt à satisfaire tout amateur de RPG occidental tant qu’on ne s’arrête pas aux graphismes.

« Votre arme, c’est le choix », nous dit la jaquette.Et, pour le coup, c’est loin d’être de la publicité mensongère.

En effet, les choix sont légion.
On a un choix dès le début, dès la fin du prologue, selon la façon dont on veut jouer.A vous de voir si vous préférez jouer façon James Bond ou Solid Snake, mais veillez à choisir ce qui correspond à votre façon de jouer.
Mais si vous préférez un agent sur mesure, vous pouvez choisir un Free Lance, avec lequel vous avez déjà plusieurs points à répartir à votre convenance.Ou, si vous préférez la difficulté, une simple recrue, qui n’a aucune aptitude particulière ni point à répartir au début.

Bref, Obsidian a pensé à tous les types de joueurs, mais la personnalisation de l’agent ne s’arrête pas là.

Le gain d’expérience est rapide et facile, chaque action ou presque en rapportant.
Ensuite arrivent les changements de niveau (notons qu’on est bridé au niveau 20, comme presque tous les RPG occidentaux).

Et là, on ouvre le menu de répartition des points de compétence.

Menu des compétences

Et il ne vous reste plus qu’à répartir les points.Comme vous le constatez, chaque compétence demande un certain nombre de points pour être améliorée.Vous en gagnez 10 par niveau, qui peuvent se cumuler, sans oublier que vous pouvez en gagner avec des effets bonus.

En effet, vous obtenez également des bonus au cours du jeu.Certains sont liés à votre contact du moment pendant la mission, d’autres sont permanents et débloqués par vos actions.
Vous pouvez y gagner points de compétence, bonus de santé, bonus d’endurance…Bref, de petits détails très intéressants pour accomplir vos missions.

Et justement, les missions, parlons-en.
Sachez d’abord que la première opération, Lance du Désert, sert véritablement d’entraînement sur le terrain après l’entraînement au QG de Alpha Protocol (lequel peut être ne pas fait, à vous de voir).
Après en avoir fini avec, vous aurez un second choix définitif pour la personnalisation de base du style de votre personnage.

Maintenant, les missions elles-mêmes et le découpage du jeu.
Chaque grande opération débute dans votre refuge du moment, où vous vous retrouverez entre chacune des missions composant l’opération.

L’ordre de remplissage des missions est à votre convenance, rien ne vous est imposé.Sachez juste que les missions marquées d’un symbole de l’Alpha sont des missions importantes, voire la dernière mission de l’opération.
Il est donc conseillé de récupérer des informations et aides (pour le scénario), et de l’expérience (pour le personnage) dans les missions prévues à cet effet et non marquées.

Ensuite, dans la mission elle-même, vous n’aurez pas vraiment de liberté de déplacement, entre couloirs et bâtiments.
Mais cette absence de liberté de déplacement est compensée par une liberté d’action assez imposante.L’architecture des niveaux est en effet pensée de telle façon qu’il existe plusieurs chemins pour traverser un secteur, et plusieurs façons de gérer une situation.

A vous de choisir selon votre style de jeu, si vous préférez l’action bourrine ou l’infiltration subtile.

On notera aussi la présence d’un marché noir, qui peut vous offrir armes, munitions, accessoires, et renseignements sur la mission (voire des avantages, comme un fusil de sniper idéalement placé).
Le principe est simple.Vous êtes seul sur le terrain, à vous de trouver l’argent pour améliorer vos armes et équipements.D’où l’intérêt de fouiller les niveaux de fond en comble.

Enfin, le scénario vous emmène dans un complot de grande envergure, aux multiples embranchements et fins selon vos choix (autant dire qu’il y a de la replay value, pour le coup), portés par des personnages bien définis et doublés.
Vous aurez votre lot de surprises jusqu’à la fin, je peux vous l’assurer.

Terminons avec le système de dialogues et de choix.
Les 4 boutons de la manette déterminent l’attitude et le ton de la réponse que vous allez employer.Il faut choisir rapidement, une jauge se vide alors que votre interlocuteur n’a pas fini de parler.Une fois la jauge vidée, la réponse validée sera celle qui aura été mise en surbrillance et que vous aurez choisie durant ces quelques secondes.
Un système qui met une certaine tension et force à réagir vite aux informations offertes.Attention à vos réponses, car, selon les personnages, votre attitude peut vous amener à être apprécié ou, au contraire, vous faire de nouveaux ennemis.

Une ambiance prenante, donc, au service d’un bon scénario, mais le tout est un peu gâché par la forme.

Les graphismes, d’abord, qui ne sont pas au top (voir plus haut), mais aussi d’autres petits soucis.
Des bugs de collision, des bugs d’intelligence artificielle (celle-ci pouvant être incroyablement poussée ou, au contraire, incroyablement débile), quelques soucis de caméra, et des sous-titres qui défilent en à peine une seconde de temps en temps.

Malgré tout, le jeu est loin d’être mauvais et ces bugs ne sont ni fréquents ni vraiment gênants.Si tant est que l’on réussisse à faire abstraction de ces légers soucis pour entrer dans l’ambiance et le scénario, Alpha Protocol délivrera de bons moments de jeu.

Graphismes 2/5

Le moteur graphique a clairement été la première victime des multiples reports, et ça se sent, tellement le jeu n’exploite aucun de ses supports.

Scénario 4/5

Très bon thriller bien scénarisé, complot, faux semblants, et multiples embranchements et fins.Pas grand chose à redire.

Gameplay 3/5

Directement issu des autres jeux d’action, c’est fluide et efficace, sans faire dans l’original.On regrettera un système de couverture assez mal pensé.

Son 3/5

Doublage anglais assez convaincant, musiques discrètes soulignant bien l’action…Le fond sonore est correct et bien choisi, sans être marquant.

Durée de vie 4/5

Comptez une vingtaine d’heures pour boucler un scénario.Mais prévoyez bien plus si vous accrochez et voulez voir toutes les fins et tous les embranchements.

Intérêt final 14/20

Alpha Protocol n’est pas un chef-d’oeuvre, et la technique ne suit pas particulièrement, entre les graphismes, les quelques bugs…Mais si on accepte de dépasser l’aspect purement technique, le jeu offre une ambiance, un scénario, et une personnalisation de l’agent qui savent accrocher.Un jeu à tester, qui sera autant apprécié que détesté.

2 Réponses à “Alpha Protocol”

  1. booguie dit :

    juste un coucou de passage

    Dernière publication sur Liberté d'expression. : La Collection de Niches.

  2. Anthony dit :

    Merci, ça fait plaisir ^^
    Bonsoir à toi aussi =)

Laisser un commentaire

 

Night Wolf |
teamdejantes |
naruto and co |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | martysairlines
| KAMEHAMEHA
| astuce jeux pokémon